Currently reading : SB6 Archive (2012): Hoichi Okamoto

SB6 Archive (2012): Hoichi Okamoto

1 August 2017

Words by Joe Bloggs

Hoichi Okamoto vit au milieu des montagnes, dans la province japonaise de Nagano, dans une grande maison qu’il a construite progressivement autour d’une pièce centrale, la salle de répétition. Là, de larges miroirs, à moitié dissimulés sous des rideaux, recouvrent les murs et permettent à Hoichi de se voir lorsqu’il travaille à  un nouveau spectacle. Quelques masques et marionnettes en préparation jonchent le sol au milieu de cendriers pleins, de morceaux de tissus, de coussins sur lesquels les nombreux chats de la maisons ont élu domicile. De cette pièce spacieuse cinq portes donnent vers d’autres pièces encore plus énigmatiques : l’atelier des masques, la pièce aux kimonos, la salle aux centaines de poupées....

C’est là qu’Hoichi Okamoto vit et travaille lorsqu’il n’est pas en représentation à Tokyo ou dans le reste du monde, c’est là qu’il a choisi de s’installer, loin de l’agitation des grandes villes, au milieu des rizières et des champs de pommiers où la sonnerie résonne tous les midis pour rappeler aux travailleurs l’heure de la pause déjeuner.

“Il y eut beaucoup de jours difficiles durant ces années là, la pluie, le vent , les tempêtes. J’ai appris à ne jamais m’opposer aux forces de la nature”.

Sur la porte d’entrée de la maison est écrit en lettres rouges D O N D O R O. C’est le nom de la compagnie qui fut créée en 1974 par Hoichi , compagnie dont il est le seul membre et créateur solitaire de spectacles de marionnettes à taille humaine, uniques en leur genre.

C’est en découvrant les photos accumulées dans des cartons et albums que j’ai pu mieux comprendre ce que furent les premières années de représentation de ce marionnettiste si particulier. Durant les six premières années de la création de la compagnie, Hoichi Okamoto a parcouru les routes du japon à pied, tirant une  énorme charrette dans laquelle se trouvaient toutes les marionnettes, masques, accessoires et autres tentures nécessaires à l’installation de ses spectacles itinérants. Choisissant souvent de jouer devant des temples et dans des conditions parfois très rudes. “Il y eut beaucoup de jours difficiles durant ces années là, la pluie, le vent , les tempêtes. J’ai appris à ne jamais m’opposer aux forces de la nature”.

Sur une photo on aperçoit Hoichi masqué, marchant dans un village, assailli par une horde de petits garçons et filles hilares, je lui demande alors si ses spectacles étaient aussi destinés aux enfants, et Hoichi me répond vivement que non. Puis je lui demande si ce monde de personnages qu’il s’est créé peuplait déjà sa propre enfance passée à Hiroshima, sa ville natale “Enfant je ne m’intéressais pas aux poupées et aux marionnettes. Celles que je fabrique aujourd’hui ne sont pas des jouets ni des symboles, mais des enveloppes humaines. Ce qui m’intéresse c’est la différence entre un corps vivant et une forme vide”.

Les marionnettes d’Hoichi m’ont souvent paru sur le point de bouger, de tourner le visage vers vous et de vous saluer, et lorsqu’une tête retombe par inadvertance, menton sur la poitrine on a parfois une sensation étrange, la poupée se serait-elle assoupie en oubliant notre présence”Les marionnettes ne sont pas vivantes, elles ne bougent pas par elles-mêmes et ne font aucun bruit, mais c’est ce côté mystérieux de la marionnette que je veux exprimer. Cette immobilité et ce silence ont un pouvoir magique sur l’homme”.

Hoichi Okamoto est progressivement devenu un nom incontournable sur la scène internationale. Ses créations, empreintes des formes traditionnelles du théâtre Nô et bunraku japonais combinées à l’esprit du théâtre et à la danse contemporaine surprirent d’abord. Il lui fallut plusieurs années avant que ses créations ne soient saluées par la critique et que son succès arrive. Il est invité maintenant régulièrement  à présenter ses spectacles aux quatre coins du monde .”Mon style est  ancré dans une certaine tradition théâtrale japonaise mais tout en s’en démarquant. Il y a beaucoup de gens qui apprécient mon travail comme une nouvelle forme artistique.”



Related articles